adieu


adieu

adieu [ adjø ] interj. et n. m.
XIIe; pour à Dieu
1Formule dont on se sert en prenant congé de qqn qu'on ne doit pas revoir de quelque temps (opposé à au revoir) ou même qu'on ne doit plus revoir. (REM. Dans le Midi, se dit souvent pour bonjour et au revoir.) Adieu, mes amis ! « Adieu ! je crois qu'en cette vie Je ne te reverrai jamais » (Musset). Loc. Dire adieu à qqn, prendre congé de lui.
Formule par laquelle on marque qu'une chose est perdue pour soi. « Adieu veau, vache, cochon, couvée » (La Fontaine). Loc. Dire adieu à : renoncer à, considérer comme perdu. Vous pouvez dire adieu à votre tranquillité.
2 N. m. (1588) Fait de prendre congé, de se séparer de qqn. Le moment des adieux. Une visite d'adieu. « Elles échangèrent un adieu aimablement banal » (R. Rolland). Faire ses adieux à qqn. Un éternel adieu, marquant une séparation définitive.
Poét. « C'est l'adieu brûlant de l'été, qui finit avec septembre » (Fromentin).

adieu interjection (de à et Dieu) Formule de salutation adressée à quelqu'un qu'on quitte pour une longue période, ou même définitivement. Dans le midi de la France, formule de salutation pour dire bonjour ou au revoir : Adieu ! Comment vas-tu ? Formule indiquant qu'on se prépare à être séparé, privé de quelqu'un ou de quelque chose : Les vacances sont finies, adieu les bains de mer.adieu (citations) interjection (de à et Dieu) Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire Rome 1880-Paris 1918 J'ai cueilli ce brin de bruyère L'automne est morte souviens-t'en Nous ne nous verrons plus sur terre Odeur du temps brin de bruyère Et souviens-toi que je t'attends. Alcools, l'Adieu Gallimard Charles Baudelaire Paris 1821-Paris 1867 Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ; Adieu, vive clarté de nos étés trop courts ! Les Fleurs du Mal, Chant d'automne Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 […] Adieu veau, vache, cochon, couvée. Fables, la Laitière et le Pot au lait adieu (expressions) interjection (de à et Dieu) Dire adieu à quelque chose, y renoncer. ● adieu (synonymes) interjection (de à et Dieu) Formule de salutation adressée à quelqu'un qu'on quitte pour une...
Synonymes :
Contraires :
adieu nom masculin Action, parole qui consacre une séparation, une renonciation (souvent pluriel) : Ils échangeaient des adieux émouvants.adieu (citations) nom masculin François René, vicomte de Chateaubriand Saint-Malo 1768-Paris 1848 Tous mes jours sont des adieux. Mémoires d'outre-tombe Sacha Guitry Saint-Pétersbourg 1885-Paris 1957 On se dit au revoir quand on espère bien qu'on ne se reverra jamais, et on se revoit volontiers quand on s'est dit adieu. Toâ Solaradieu (difficultés) nom masculin Orthographe Un dîner d'adieux (au pluriel), de préférence à un dîner d'adieu, puisqu'on y fait ses adieux (et non un adieu, son adieu). Mais un mot d'adieu, un discours d'adieu (au singulier) si l'on considère qu'on y fait un adieu, son adieu. On écrit toujours sans adieu (au singulier). ● adieu (expressions) nom masculin D'adieu, qui scelle, qui caractérise une séparation : Un pot d'adieu. Pas d'adieu, dans la tradition italienne, prestation publique du danseur ou de la danseuse qui a fini ses classes et qui a obtenu son diplôme.

adieu
Interj. et n. m.
d1./d Interj. Terme de politesse par lequel on prend congé de qqn qu'on ne doit pas revoir de longtemps, ou qu'on ne doit jamais revoir. Adieu, les amis!
|| Formule exprimant que l'on est contraint de renoncer à qqch. Dire adieu à qqch, y renoncer. Adieu, tous nos beaux projets!
d2./d n. m. Séparation d'avec quelqu'un. Un adieu déchirant.
|| Faire ses adieux: prendre congé de qqn.

⇒ADIEU, interj. et subst. masc.
I.— Interjection
A.— Formule de salutation adressée, à la fin d'un entretien ou d'une lettre à une personne dont on prend congé pour toujours ou pour un temps présumé long :
1. ... adieu! oui, je vous confie à Dieu, que j'implorerai pour vous, à qui je demanderai de vous faire une belle vie; ...
H. DE BALZAC, Louis Lambert, 1832, p. 150.
Loc. Adieu, en voilà assez. ,,Locution familière dont on se sert quand on veut congédier un importun, finir un entretien qui ennuie.`` (Ac. 1798-1878).
Rem. Région. Bonjour :
2. — Eh! adieu! me dit-il, en me saluant à la mode de son pays, car M. Safrac est né sur le bord de la Garonne...
A. FRANCE, Balthazar, 1889, p. 76.
B.— Au fig. [Précédant immédiatement un nom de chose avec lequel adieu forme un syntagme exclam.] Formule par laquelle on constate avec joie ou tristesse
1. la disparition ou la mise hors service de choses :
3. ... adieu livres poudreux, adieu froide lecture! Du grand livre des champs les trésors sont ouverts : Partons, que les beaux lieux me rendent les beaux vers!
J. DELILLE, L'Homme des champs, 1800, p. 39.
4. ... avant que les vendangeurs se soient penchés sur la première grappe, nous chantons déjà dans notre cœur : « adieu paniers! Vendanges sont faites... »
F. MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 115.
Rem. Il s'agit dans cet ex. d'une formule proverbiale qui se dit figurément ,,de toutes les choses dont on n'a plus que faire, ou dont on ne se soucie plus`` (Ac. 1798), ,,de toutes les affaires manquées sans ressource, et quelquefois de celles qui sont entièrement terminées`` (Ac. 1835, Ac. 1878), ,,de toutes les affaires manquées`` (Ac. t. 1 1932).
2. ou la fin de manifestations récentes de la vie affective ou morale, etc. :
5. — Adieu, humiliation, haines, sarcasmes, travaux dégradants, incertitudes, angoisses, misères, tortures du cœur, adieu! oh! quel bonheur, je vous dis adieu!
A. DE VIGNY, Chatterton, 1835, III, 7, p. 336.
6. ... adieu les caprices; ils ne sont plus écoutés ou plutôt ils ont délogé, laissant la place à un esprit de constance, de recueillement dont je suis moi-même tout édifié.
M. DE GUÉRIN, Correspondance, 1838, p. 342.
Rem. ,,Même construction dans le proverbe Après la fête, adieu le saint!`` (QUILLET 1934).
Loc., vieilli. Je ne vous dis pas adieu, ou par brachylogie, sans adieu. Fam. Formules adressées à une personne que l'on quitte pour un court moment. Synon. au-revoir :
7. ... c'est par la lâcheté que le démon vous tient; la fausse honte, la fausse humilité qu'il vous insinue, ce sont elles qui nourrissent, qui conservent, qui solidifient, en quelque sorte, votre luxure. Allons, sans adieu, revenez bientôt me voir.
J.-K. HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 127.
II.— Emploi subst.
A.— Au sing.
1. Dire adieu (à quelqu'un ou à quelque chose)
a) [À des pers.] Prononcer la formule d'adieu en prenant congé de quelqu'un :
8. J'ai bâti entre vous et moi les contes les plus extravagants pour penser que si j'avais été un homme supérieur, je ne vous aurais pas rencontrée pour vous quitter et vous dire adieu comme à tout le monde; ...
F. SOULIÉ, Les Mémoires du diable, t. 1, 1837, p. 171.
9. ... je suis bien malheureux! tu m'as dit adieu! Je ne veux pas de ton adieu; je te dis : au revoir! mais non pas adieu!
M. DU CAMP, Mémoires d'un suicidé, 1853, p. 145.
10. HANS. — Et un vrai adieu, vous l'entendez! Les amants qui d'habitude se disent adieu, au seuil de la mort, sont destinés à se revoir sans arrêt, à se heurter sans fin dans la vie future, à se coudoyer sans répit, à se pénétrer sans répit puisqu'ils seront des ombres dans le même domaine. Il se quittent pour ne plus se quitter.
J. GIRAUDOUX, Ondine, 1939, III, 6, p. 218.
11. — Et vous êtes jaloux, peut-être.
— Non, pas jaloux. J'ai ma part. Attendez une seconde. Attendez, là, dans le jour de la fenêtre avant d'aborder l'autre étage. Attendez que je vous dise adieu.
— Quoi? vous allez donc me quitter?
Adieu jusqu'à demain.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Suzanne et les jeunes hommes, 1941, p. 47.
b) Au fig. [À des objets fam., à des sentiments] Se séparer pour toujours de quelque chose, y renoncer par un acte conscient et souvent à regret (cf. ex. 4) :
12. Elle [Yamina] apprit à fond la langue française, dit adieu pour toujours à ses vestes brodées et à ses pantalons de soie rose...
A. DAUDET, Le Nabab, 1877, p. 125.
13. Laisse-moi dire adieu à cette légèreté sans tache qui fut la mienne. Laisse-moi dire adieu à ma jeunesse.
J.-P. SARTRE, Les Mouches, 1943, II, 4, p. 64.
Rem. 1. Dans cette loc., adieu est le plus souvent employé sans art.; dans l'emploi fig., il peut être déterminé par un adj., et le groupe adj. + subst. est alors précédé de l'art. un :
14. Il me sembla que je disois un éternel adieu au bonheur et à la gloire...
Mme DE GENLIS, Les Chevaliers du Cygne, t. 2, 1795, p. 272.
Rem. 2. Le compl. est fréquemment déterminé par un poss.
2. D'adieu [Construit avec un nom désignant un discours, une réception, une visite, etc.] Donné ou fait pour prendre congé :
15. Je l'ai quitté il y a six heures; je l'ai vu boire le vin d'adieu, chanter gaiement et monter à cheval, et de loin me saluer de la main en faisant caracoler son cheval.
A. KARR, Sous les tilleuls, 1832, p. 18.
16. Le discours d'adieu du général Washington au peuple des États-Unis pourrait avoir été prononcé par les personnages les plus graves de l'Antiquité : ...
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 347.
17. Yves, petit Pierre et moi, nous allons à la chaumière des vieux Keremenen, pour ma visite d'adieu à la grand'mère Marianne.
P. LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 415.
3. Au fig. [En toute fonction] Acte par lequel une personne renonce volontairement et définitivement à un bien :
18. ... l'adieu au bonheur est le commencement de la sagesse et le moyen le plus sûr pour trouver le bonheur.
E. RENAN, Hist. des origines du Christianisme, Marc-Aurèle, 1881, p. 471.
19. ... elle se résolut à la mort. Elle s'y décida tout d'un coup, tranquillement, comme s'il s'agissait d'un voyage, sans réfléchir, sans voir la mort, sans comprendre que c'est la fin sans recommencement, le départ sans retour, l'adieu éternel à la terre, à la vie.
G. DE MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, Yvette, p. 540.
Rem. Cet emploi est proche de celui que l'on trouve dans le syntagme dire adieu à quelque chose, supra A 1 b.
B.— Au plur. Prise de congé au moment d'une séparation définitive et de ce fait très émouvante. Les adieux de Fontainebleau :
20. — Mais c'était du passé, déjà. Comme ces tristes adieux, sur le quai d'une gare, quand l'attente se prolonge avant le départ du train : ...
R. ROLLAND, Jean-Christophe, Les Amies, 1910, p. 1128.
Faire ses adieux :
21. ... c'est la sorte de mélancolie poignante et pieuse que le crépuscule du soir soulève tout naturellement dans toute âme : « heure qui remue les regrets et qui attendrit le cœur de ceux qui parcourent les mers, le jour où ils ont fait à leurs amis leurs tendres adieux;...
M. BARRÈS, Mes cahiers, 6 juill. 1905-6 mai 1906, p. 116.
Rem. Le sing. est rare dans cet emploi :
22. ... avant de se séparer du monde, on lui doit un adieu. C'est de la plus stricte politesse.
L. REYBAUD, Jérôme Paturot, 1842, p. 140.
Au fig., poét. :
23. ... à peine une ligne blanche perdue dans la brume se dessinait au pourtour de l'horizon. C'était la dernière lueur du crépuscule, le dernier adieu du jour.
G. SAND, Lélia, 1833, p. 89.
Stylistique — Conformément à son étymol., adieu fonctionnait encore au XIXe s., c.-à-d. comme une formule de politesse cour. et neutre. On disait facilement adieu, à tout à l'heure. Mais au XXe s., l'emploi des différentes formules de civilité et de salutations s'est plié à des règles plus strictes (cf. LITTRÉ. Synon. de adieu : bonjour, bonsoir, bonne nuit). Au revoir dont Littré ne parle pas sous adieu, l'a peu à peu supplanté du moins dans l'usage cour., adieu étant réservé à la séparation définitive au ton quelque peu solennel ou d'une intense affectivité.
Prononc. :[adjø]. Cf. dieu. Enq. :/adiø1/.
Étymol. ET HIST.
I.— Interj. Fin XIIe s. adeu « formule pour prendre congé » (Mort de Garin, 461 ds GDF. Compl. :Girbers parole au riche roi Pepin : Sire, fait-il, j'en irai le matin Et dit li rois : Adeu, sire cosin).
II.— Subst. 1458 adieu « action de dire adieu » (Conq. de Charlem., ms. Brux. 9067, f° 4 v° ds GDF. Compl. :Au congié prendre, baisa les dames et dist le gracieux adieu a un chascun).
Formé de à et de Dieu, par réduction brachylogique de la formule plus explicite : (je) vous (re)commande à Dieu.
STAT. — Fréq. abs. litt. :9 633. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 23 626, b) 18 758; XXe s. : a) 8 453, b) 5 671.
BBG. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — DAIRE 1759. — DEM. 1802. — FÉR. 1768. — LACR. 1963. — MARCEL 1938. — THOMAS 1956.

adieu [adjø] interj. et n. m.
ÉTYM. XIIe (adeu); pour à Dieu, réduction de la formule « je vous recommande à Dieu ».
1 Interj. Formule dont on se sert en prenant congé de qqn qu'on ne doit pas revoir de quelque temps ou qu'on ne doit jamais revoir (opposé à au revoir).
1 Adieu, jusqu'au revoir.
Molière, l'École des maris, II, 3.
2 Adieu : pour ce coup, ceci doit vous suffire.
Et je vous ai plus dit que je ne voulais dire.
Molière, les Femmes savantes, I, 4.
3 Adieu donc, fi du plaisir
Que la crainte peut corrompre.
La Fontaine, Fables, I, 9.
4 Adieu; je perds le temps; laissez-moi travailler.
La Fontaine, Fables, IV, 3.
5 Adieu, je m'en retourne en mon séjour sauvage.
La Fontaine, Fables, IV, 13.
5.1 Il se leva.
— Adieu.
— Adieu, mon ami.
Il restait debout sans se décider à partir (…)
Il répéta « Adieu », en lui prenant les mains.
— Adieu, mon ami.
— Je vous aime.
Elle lui jeta un de ces sourires où une femme montre à un homme, en une seconde, tout ce qu'elle lui a donné.
Le cœur vibrant, il répéta pour la troisième fois :
— Adieu.
Et il partit.
Maupassant, Fort comme la mort, éd. 1889, p. 134.
Spécialt. Pour prendre congé à jamais.
6 Mes chers enfants, dit-il, je vais où sont nos pères. Adieu… !
La Fontaine, Fables, IV, 18.
7 Adieu ! mot qu'une larme humecte sur la lèvre;
Mot qui finit la joie et qui tranche l'amour;
Mot par qui le départ de délices nous sèvre;
Mot que l'éternité doit effacer un jour.
Lamartine, Premières méditations, « Adieu à Graziella ».
8 Adieu ! Je crois qu'en cette vie
Je ne te reverrai jamais.
A. de Musset, Poésies nouvelles, « Adieu ».
8.1 Et elle ajouta, soudain, avec une figure envahie d'un si subit effroi, et sur un ton si étrange que je ne pus m'empêcher de songer aux néfastes réflexions de Brignolles :
« Au revoir, mes amis !… ou adieu ! »
G. Leroux, le Parfum de la dame en noir, p. 24.
Loc. fam. (Vieilli). Sans adieu : à bientôt.
8.2 Sans adieu, madame Potain… au revoir, madame Potain.
Henri Monnier, Scènes populaires, t. I, p. 275.
Régional (Sud de la France). || Adieu : bonjour ou au revoir.
tableau Principales interjections.
2 (Emploi substantif). || Dire adieu (à qqn), prendre congé de lui. || Se dire adieu (mutuellement).Littér. (Le compl. désigne une chose humanisée; → ci-dessous cit. 11.1).
9 Elle lui dit adieu, prend sa volée, et rit (…).
La Fontaine, Fables, IX, 20.
10 À ces mots, en pleurant ils se dirent adieu.
La Fontaine, Fables, IX, 2.
11 Ô toi qui sais aimer, réponds, amant d'Elvire,
Comprends-tu que l'on parte et qu'on se dise adieu ?
A. de Musset, Lettre à Lamartine.
11.1 Jean alla dire adieu à la mer, puis il dit adieu à l'aubergiste, à la servante, la chargea de dire adieu au mousse qui l'avait si souvent conduit et qui, à cette heure, était à la pêche.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 382.
Fig. || Dire adieu à… : abandonner, renoncer à (qqn, qqch.).
12 Tant que mon faible cœur, encore plein de jeunesse
À ses illusions n'aura pas dit adieu (…)
A. de Musset, Poésies, « l'Espoir en Dieu ».
13 À la jeunesse qui s'envole,
À la gloire, au plaisir frivole,
J'ai dit l'adieu fier de Caton.
Hugo, Odes et Ballades, V, XXI.
Formule par laquelle on marque qu'une chose est perdue pour soi.
14 Amour, amour, quand tu nous tiens, on peut bien dire : « Adieu prudence ».
La Fontaine, Fables, IV, 1.
15 L'âge la fit déchoir; adieu tous les amants.
La Fontaine, Fables, VII, 5.
16 Le lait tombe : adieu veau, vache, cochon, couvée.
La Fontaine, Fables, VII, 7.
Prov. || Adieu paniers, vendanges sont faites (Rabelais, I, 27).Au fig. L'affaire est perdue sans ressource, c'est une affaire terminée.
3 N. m. (1588). Fait de prendre congé, de se séparer de qqn (surtout au plur. : des, les adieux). || Le moment des adieux. || Des adieux poignants. || Faire ses adieux, des adieux émus. || Brusquer, prolonger les adieux. || Un éternel adieu, marquant une séparation définitive.
17 (…) je sais ce qu'il en coûte de s'attacher à autrui et quelles fibres intimes sont déchirées par l'arrachement des adieux.
Edmond Jaloux, Fumées dans la campagne, II, p. 17.
Fait de se séparer (de qqch.). || L'adieu au bonheur, à l'espérance. || L'Adieu aux armes (trad. française d'un titre de Hemingway).Un discours d'adieu, pour prendre congé.
Spécialt. Le fait de se séparer, de prendre congé. || Un adieu difficile. || Les adieux (de Napoléon) de Fontainebleau (représentés par un célèbre tableau d'H. Vernet).
DÉR. Adieuser. — V. Adieu va.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • adieu — adieu …   Dictionnaire des rimes

  • adieu — 1. (a dieu, au plur. a dieû) 1°   Loc. adv. dont on se sert par civilité en prenant congé. Dire adieu. •   Adieu, j assiégerai Néron de toutes parts, RAC. Brit. III, 5. 2°   Dire adieu signifie quelquefois prendre congé. Il est allé dire adieu à… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Adieu ! — Adieu Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • adieu — ADIEU. Façon de parler elliptique. C est un terme de civilité et d amitié, dont on se sert, en prenant congé les uns des autres. Adieu, Monsieur. Adieu, je m en vais. Dire adieu. Il ne lui a pas seulement dit adieu. Il y eut bien des larmes… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • adieu-va — ⇒ADIEU VA(T), (ADIEU VA, ADIEU VAT) loc. A. MAR., vx. 1. Formule de souhait pour une heureuse navigation. 2. Commandement pour virer de bord vent devant, c est à dire à filer l écoute du foc (aujourd hui on dit envoyez!) (cf. GRUSS 1952). Rem.… …   Encyclopédie Universelle

  • adieu — Grußformel std. reg. (15. Jh., Standard 17. Jh.) Entlehnung. Zunächst niederdeutsch, dann allgemein entlehnt aus frz. adieu zu Gott, Gott befohlen , einer Zusammenrückung von frz. à dieu zu Gott , dieses aus l. ad deum. Die Variante adé (13. Jh …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Adieu — is French for farewell or salutation in Occitan.Adieu may also refer to: *Adieu (Eurovision song) *Adieu (Cowboy Bebop), a song composed by Yoko Kanno for the anime Cowboy Bebop ee also*Adios *Adeus …   Wikipedia

  • adieu! — »lebe wohl!«: Die zu Anfang des 17. Jh.s aus frz. adieu »zu Gott, Gott befohlen!« übernommene Grußformel ist identisch mit »ade«, das schon in mhd. Zeit aus entspr. afrz. adé entlehnt worden war. Frz. adieu (= à dieu) geht zurück auf lat. ad deum …   Das Herkunftswörterbuch

  • adieu — adiéu interj. et n. bonjour; au revoir personnes tutoyées; adieu. Raubar l adieu : fausser compagnie ; s enfuir …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • adieu — late 14c., adewe, from Fr. adieu, from phrase a dieu (vous) commant I commend (you) to God, from a to (see AD (Cf. ad)) + dieu God, from L. deum, accusative of deus god, from PIE *deiwos (see ZEUS ( …   Etymology dictionary